(123)456 7890 demo@coblog.com

Une femme dans le train

Une femme dans le train

Chaque jour, je parcoure une distance considérable entre mon domicile et mon lieu de travail, généralement en train. La vie d’un voyageur en train aux Pays-Bas n’est pas toujours rose : retards, sièges mal entretenus, portes qui ne s’ouvrent pas. De plus, les lecteurs mp3 bruyants et bruyants et sans oublier les voyageurs qui veulent à tout prix avoir une conversation avec vous, généralement pour évacuer leurs propres frustrations. Ne faites pas ça, ne voyez-vous pas que je suis plus intéressé par mon livre qu’une conversation sans intérêt avec un parfait inconnu ? C’est souvent comme ça, mais en toute honnêteté, je dois dire qu’il peut y avoir des choses agréables et excitantes qui se passent aussi dans le train. L’année dernière, j’ai commencé à prêter attention aux passagers “réguliers” sur ma ligne. Je mentirais si je n’admettais pas que mon attention se porte davantage sur les femmes. En général, des trentenaires et des quarantenaires endormis qui parcourent cette route depuis des années et sont devenus des zombies. Cependant, il y a une femme que je ne peux pas regarder sans une augmentation de quelques degrés de ma température interne. J’estime qu’elle a environ 33 ans, un beau visage, de beaux cheveux mi-longs qu’elle sait habiller dans toutes sortes de variations. Bien habillé, décontracté, avec du goût mais pas trop présent. Elle a une façon de marcher ferme, sûre d’elle mais certainement pas arrogante. Je remarque que je déteste quand je rate le train et que je ne la vois pas ce jour-là. Juste ce plaisir éphémère de la fantaisie qui ne peut exister que dans mon esprit. Il est donc très important que je prenne soin de ne pas me faire remarquer. Il serait terrible que mon attention pour elle soit captée et cela aurait un effet sur son attitude insouciante. Cela briserait probablement le “sort”, le “mythe”. Je préfère ne pas la connaître parce que la beauté se cache dans l’image que j’ai d’elle et dans la fantaisie qui la crée. Une fois toutes les deux ou trois semaines, je m’assieds nonchalamment en face d’elle et j’essaie d’être moi-même autant que possible. De temps en temps, je la regarde et je vois qu’elle est détendue dans un magazine. Elle devrait savoir depuis combien de temps elle joue le rôle principal dans mes fantasmes. Au bout de quinze minutes, je m’assoupis et je me plonge dans mon monde de rêve érotique.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *